LE VILLAGE DE MARAÚ

Chef-lieu de la commune, le village de Maraú se situe au mileu de la péninsule, sur le côté tourné vers la baie et le Rio Maraú. Loin des plages et des touristes, difficile d'accès, ce village de pêcheurs conserve le rythme de vie et les traditions d'antant. Ses vieilles rues et ses habitants accueillants valent une visite.


HISTOIRE

Maraú a été fondé en 1705 par des frères capucins italiens sur l'emplacement d'un village d'indiens nommé "Mayrahú".

On sait très peu de chose sur la tribu indigène qui a depuis disparu. Nul ne sait à quelle branche elle appartenait.

Le district de Mayrahú a été officialisé en 1717. La chapelle construite par les frères capucins a alors été élevée à la catégorie de paroisse par l'archevèque Dom Sebastião Monteiro da Vide, sous le nom de "São Sebastião de Mayrahú".

Le 30 mars 1938, le village est devenu une commune indépendante et a reçu le nom actuel de "Maraú".

En 1860, l'Angleterre a obtenu le droit d'installer une usine de distillation de kérosène sur les rives du Rio Maraú. L'usine n'a fonctionné que pendant 4 ans. Elle employait environ 500 ouvriers et possédait un chemin de fer avec deux locomotives. Elle produisait du kérosène, mais aussi des bougies, du savon, de l'acide sulfurique et du papier ciré pour envelopper les aliments.

Les ruines de l'usine et de la voie ferrée sont encore visibles aujourd'hui.


LE RIO MARAÚ

Le village de Maraú est un bon point de départ pour explorer le Rio Maraú, nom du bras de la Baie de Camamu que s'étend vers le sud sur des dizaines de kilomètres et qui sépare la péninsule du continent. Peu recherché par la majorité des touristes qui préfère les plages, le Rio Maraú cache des paysages splendides de mangrove et de forêt.


TREMEMBÉ

En remontant le Rio Maraú on arrive à Tremembé, petit village de pêcheurs où l'accès était encore recemment seulement possible par bateau. La grande attraction de l'endroit est une grande cascade qui tombe directement dans les eaux de la baie (photo ci-dessous). Le village de Tremembé et la sympathie de ses habitants valent la peine d'y passer un moment.